Découvrez l’arc du Carrousel à travers les yeux de scientifiques,
de personnages historiques, d’artistes ou de simples amoureux du Louvre et de Paris.

L'arc vu par... le musée de l'Armée

3 décembre 2018


Le musée de l'Armée présente une importante collection permanente consacrée à Napoléon Ier et au Premier Empire, sans oublier que c'est sous sa responsabilité que se trouve le tombeau de l’Empereur. 

C'est devant ce même tombeau que nous avons rencontré Grégory Spourdos, qui nous a raconté l'arc du Carrousel vu par le musée de l'Armée.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.musee-armee.fr

L'arc vu par... Philapaname

14 novembre 2018


Philapaname est blogueur et instagrameur parisien. Invité avec 17 autres instagrameurs à découvrir l’arc du Carrousel depuis son sommet pour le lancement officiel du concours photo #MonCarrousel, il nous raconte son expérience :

Invité par Igers Paris et par le musée du Louvre, nous avons emprunté l’escalier très peu fréquenté de l’arc de triomphe du Carrousel, hommage à la Grande Armée voulu par l’empereur Napoléon Ier, et édifié entre 1806 et 1809. « Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe » disait Napoléon à ses soldats en 1805 à Austerlitz.

Prendre le métro ligne 13, c’est quasiment devenir un grognard napoléonien. Mais comme à la guerre, des sacrifices sont nécessaires pour atteindre cette terrasse historique rârement ouverte.

Quelle vue incroyable sur la voie royale et sur le Louvre. Et quel temps magnifique pour un 15 Novembre. (Barbecue Noël prochain si ça continue).

L’arc fut menacé de destruction à l’effondrement de l’Empire, survécut à l’incendie des Tuileries en 1871 et traversa deux guerres mondiales. On peut penser à toutes ces choses que les hussards ont pu observer durant toutes ces années.

Mais pourtant aujourd’hui, l’arc est au plus mal. Nous avons pu constater que les hussards ont perdu leurs visages, fouettés par le sable et le vent qui ont sur eux l’effet d’une pierre ponce. Les bas-reliefs en marbre ont éclatés car fixés par des agrafes métalliques en raison de leur oxydation. Les mousses et lichens ainsi que la nidification des oiseaux causent aussi des dégradations. Un cheval est en plein « œdème pulmonaire ». (L’eau s’infiltre à l’intérieur et les bronzes sont prêts à éclater). La liste des soucis est longue même si, à priori, on n’a pas l’impression d’être face à une ruine romaine antique.

Ce récit en images est à retrouver sur philapaname.wordpress.com.

Lire la suite

L'arc vu par... Etienne Guibert, conservateur au Palais de Compiègne

25 octobre 2018


Cette semaine, découvrez l'arc vu par Etienne Guibert, conservateur chargé des Appartements historiques aux Musées et domaine nationaux du Palais de Compiègne.

A Compiègne aussi, les batailles napoléoniennes sont l’objet de grandes commandes artistiques. Alors qu’à Paris s’érige l’arc du Carrousel, l’Empereur commande à l’architecte Louis Bertault pour son palais la réalisation d’une grande galerie glorifiant ses récentes victoires militaires. Aujourd’hui encore la voûte de la galerie de Bal présente, dans un décor néoclassique aux tonalités d’or et de vert, douze peintures allégoriques des principales victoires de l’épopée napoléonienne. De la bataille d’Arcole (1796) à celle de la Moscowa (1812), ce sont les grandes étapes de l’ascension du souverain qui s’offre aux visiteurs d’hier et d’aujourd’hui, mieux qu’un livre d’histoire. 


Résidence préférée de Napoléon III, le palais de Compiègne conserve également, dans son musée du Second Empire, un tableau représentant l’arc du carrousel émergeant des décombres du palais des Tuileries en ruine après la chute du régime impérial en 1870. Dans la composition très étudiée de Meissonnier, le monument, toujours debout, adroitement placé dans un halo de lumière à l’arrière-plan, devient le symbole de la permanence du mythe napoléonien.
 

Pour en savoir plus sur le palais de Compiègne, rendez-vous sur https://palaisdecompiegne.fr

Lire la suite

L’arc vu par… les Chevaux de Saint-Marc

9 octobre 2018


Chaque semaine, vous découvrirez dans cette rubrique l'arc du Carrousel raconté par une variété de personnages historiques, de scientifiques, d'artistes ou de simples amoureux du Louvre et de Paris.

Qui de mieux que les chevaux de Saint-Marc, présentés un temps en haut de l'arc, pour nous livrer, les premiers, leur histoire : 

Perché au-dessus de l’arc du Carrousel, un majestueux attelage toise les passants. D’apparence antique, celui-ci n’est pourtant qu’une copie datant de 1827.

Lorsqu’en 1806, Napoléon demande à Dominique-Vivant Denon de se charger du décor sculpté de l’arc de triomphe du Carrousel, ce dernier décide de le surmonter d’un tout autre quadrige : celui de Saint-Marc.

Statues antiques emblématiques de la Cité des Doges, les chevaux de Saint-Marc ont eu une existence tourmentée. En 1797, à la suite de la première campagne d’Italie, Napoléon Bonaparte s’empare de Venise et retire à ses habitants ces superbes chevaux installés sur la façade de la basilique Saint-Marc. Pesant 900 kg chacun, hauts de 2,33 mètres, ils sont descendus du portique de la basilique et transportés à Paris. Ces chevaux fascinent. Présents à Paris pendant dix-sept ans, ils sont d’abord emmenés aux Invalides puis à la cour des Tuileries, pour enfin couronner l’arc de triomphe du Carrousel en 1808. C’est à la chute de l’Empire, en 1815, qu’ils sont restitués aux Italiens et retrouvent leur place sur la basilique de Saint-Marc.

Les chevaux de Saint-Marc ont fait couler beaucoup d’encre et sont l’objet de nombreuses représentations. Le célèbre poète, romancier et critique d’art français Théophile Gautier les évoque dans son ouvrage Italia, en 1855, en ces termes :
« C'est au-dessus de ce porche, sur la galerie qui fait le tour de l'église, que sont placés, ayant pour socles des piliers antiques, les célèbres chevaux qui ont orné un instant l'arc de triomphe du Carrousel. […] Ces chevaux, de grandeur naturelle, un peu ramassés dans leur encolure, la crinière droite et coupée comme celle des chevaux du Parthénon, peuvent être classés parmi les plus beaux restes de l'antiquité.»
Aujourd’hui, ils ont été déplacés dans le musée de la basilique Saint-Marc, afin de mieux les conserver. Ce sont des répliques qui ornent la façade de la basilique.

Découvrez en détail l'actuel quadrige surmontant l'arc grâce à notre module L'oeuvre à la loupe.

Lire la suite

Devenez mécène et
acteur de ce projet

Prenez part à la restauration de ce monument emblématique et entrez dans l’histoire du Louvre et de Paris.

Je fais un don