Le mythe
d'Apollon

La naissance d’Apollon

Cette gravure fut exécutée par Diana Scultori à Mantoue vers 1570 d’après un des tableaux de Giulio Romano aujourd’hui conservés à Windsor Castle. Ces peintures faisaient très certainement partie d’un cycle mythologique sur la naissance des dieux que le peintre conçut très certainement vers 1535 pour orner le palais ducal de Mantoue ou l’un des autres palais du duc Frédéric Gonzague.

Cette estampe représente Latone, fille des Géants et amante de Zeus, mettant au monde Apollon et Diane sur un rocher hostile au milieu de la mer Méditerranée, pour échapper à Héra, la femme de Zeus. La pose mélancolique de Latone rappelle la statue antique de l’Ariane endormie, redécouverte à Rome en 1512, et conservée au Vatican. Le musée du Louvre conserve par ailleurs un dessin de Giulio Romano (DAG, inv. 3500), qui a peut-être servi directement de modèle à la gravure de Diana Scultori. Cette dernière a d’ailleurs créé plusieurs estampes d’après les décors que ce peintre avait réalisés dans le palais ducal de Mantoue.

À la naissance d’Apollon, le rocher devint l’île sacrée de Délos qui fut promise à une longue et grande prospérité. De fait, elle accueillit durant toute l’Antiquité un culte particulier à Apollon Dorien, considéré comme étant le plus grec de tous les Dieux, et son histoire fut très liée à celle de la cité d’Athènes jusqu’à la période hellénistique.

Pour découvrir cette œuvre, rendez-vous à partir de septembre 2020 au département des Arts graphiques du musée du Louvre !

Jean-Gérald Castex, conservateur au département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Diana Ghisi, Latone mettant au monde Apollon
Diana Scultori Ghisi, ou Diana Mantuana (1540-1612), d’après Giulio Pippi, dit Giulio Romano (1492 ou 1496 – 1546), Latone mettant au monde Apollon et Diane, burin, H. 0,26 cm ; L. 0,38 cm, vers 1570-1575, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild, INV. 4409 LR recto.
© 2011 Musée du Louvre / Laurent Chastel

Devenez mécène
et acteur de ce projet !

Je fais un don