Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe
Napoléon à ses soldats en 1805 à Austerlitz.

Situé au cœur du domaine national du Louvre et des Tuileries, l’arc du Carrousel a été construit par Napoléon Ier à son retour victorieux d’Austerlitz, en hommage à la Grande Armée. Le chantier fut confié aux plus grands architectes, sculpteurs et artisans de l’Empire. Ils réalisèrent en un temps record un arc somptueux, caractérisé par la richesse de ses matériaux précieux et de son décor sculpté.

En deux siècles d’une histoire tourmentée, ce monument a miraculeusement survécu à la chute de l’Empire, à l’incendie des Tuileries et aux grandes guerres du 20e siècle. Aujourd’hui, sa sauvegarde est en jeu. Elle dépend de la mise en œuvre d’un grand chantier de restauration. Compte tenu de l’ampleur du projet, le musée du Louvre fait appel à votre soutien pour sauver ce monument exceptionnel, emblématique du Louvre et de Paris.

Devenez mécène et acteur de ce projet !

Le musée du Louvre fait appel à la générosité de tous afin de réunir 1 million d’euros avant le 31 janvier 2019. Si la somme est réunie, le projet pourra débuter à l’automne 2019 et s’achever au printemps 2022. Quel que soit le montant de votre don, votre soutien sera décisif.

Pour plus d’informations sur le projet, cliquez ici.

Découvrez
le projet en détail

Cliquez sur une zone pour en savoir plus

Zoom

Retour

Les chapiteaux

La nidification des oiseaux favorisée par la forme géométrique des chapiteaux en bronze est une des causes de leur dégradation. Lors de la restauration, ils seront nettoyés, restaurés et traités. Afin de restituer leur état d’origine, les aigles des chapiteaux seront redorés. Il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges visibles de ces ors.

Zoom

Retour

Les colonnes

Les bases des colonnes ont perdu depuis longtemps leur traitement de finition et le bronze commence à laisser des traces verdâtres sur les pierres en contrebas. Les parties poreuses des bronzes seront rebouchées, patinées et l’ensemble des chapiteaux et bases de colonnes recevront un traitement de protection à la cire microcristalline.

Zoom

Retour

Les marbres

Certaines pierres sont détériorées par des infiltrations d’eau traversant les maçonneries. Les joints blancs visibles témoignent des sorties de sels. Toutes les sculptures et marbres seront traités in situ à partir des échafaudages.

Zoom

Retour

Les soldats de la Grande Armée

Les soldats de la Grande Armée en marbre de Carrare sont tous d’origine. Plusieurs d’entre eux sont fortement dégradés et ont perdu de leur lisibilité. La restauration de 2020 permettra :

  • La réfection à neuf des quatre soldats de la Grande Armée de la façade ouest d’après les moulages plâtres conservés à la Malmaison, complétés par les dessins du département des Arts graphiques du musée du Louvre.
  • Le traitement et la restauration des quatre soldats de la Grande Armée de la façade est.
Zoom

Retour

Les Renommées

Une fissure presque continue ceinture les Renommées au niveau des hanches. Les plombs qui les constituent s’écartent 1sous la pression de l’oxydation des fers et se réduisent en poudre en raison des infiltrations d’eaux par les fissures. Les rivets qui relient les plombs à l’ossature sont quant à eux désagrégés. Ce phénomène évolue rapidement et il est urgent d’intervenir.

Lors de la restauration, les deux renommées seront déposées et descendues du monument pour une restauration complète de structures intérieures métalliques.

Zoom

Retour

Les cartouches

La restauration de 2020 restituera les lettrages des cartouches commentant les scènes des bas-reliefs. Les marbres seront quant à eux traités contre les mousses et lichens.

Zoom

Retour

Les chevaux

Le cheval central nord, présente deux dégradations majeures :

  • Un trou laisse l’eau de ruissellement s’infiltrer à l’intérieur du corps, le cheval est donc rempli de sa terre de fonte et gorgé d’eau.
  • Les trois sabots prenant appui au sol et contenant les fers d’ancrage, portent des traces de rouille et des écoulements d’oxydation qui entraînent la fissuration, annonçant l’éclatement des bronzes.

S’il n’est pas rapidement traité, le cheval risque de rompre ses supports et de s’effondrer. Pour le restaurer, un système sera mis en place pour drainer les eaux d’infiltration, les parties corrodées seront restaurées et les fers remplacés par des éléments en inox. Un système électrique anti pigeon sera placé sur le quadrige, corniche, chapiteaux et soldats de la Grande Armée de manière à supprimer les dégradations engendrées par les oiseaux.

Zoom

Retour

Les corniches

Sous la grande corniche, les dégradations sont bien visibles. Les mousses et les sorties de sels sont essentiellement dues aux infiltrations des eaux sous les plombs défaillants de la corniche et au mauvais écoulement des têtes de lion, obstruées par les graviers et les déchets organiques.

Le monument sera mis hors d’eau grâce à la restauration de tous les habillages en plomb et à l’allongement des pipettes de têtes de lion. Les eaux seront ainsi rejetées plus loin des parements situés en dessous.

Zoom

Retour

Les bas-reliefs

Les bas-reliefs en marbre sont fixés par des agrafes métalliques visibles de l’extérieur en raison de leur oxydation qui a fait éclater les marbres qui les dissimulaient. Ces fixations oxydées seront dégagées, les traces de rouille seront enlevées et l’ensemble traité contre la corrosion.

Zoom

Retour

Les plaques de marbre

Sur la frise d’entablement, les plaques de marbre sont maintenues par des agrafes métalliques, oxydées et visibles suite à l’éclatement et à l’écartement des marbres. Ces parties fragilisées des plaques en marbre « rouge » du Languedoc devront être nettoyées et consolidées et les agrafes remplacées par des fixations en inox.

Zoom

Retour

Sécurisation de l'œuvre

Une partie sculptée de la façade Ouest de l’arc a été placée sous filets en 2003 pour éviter la chute de matériaux sur le public.

Zoom

Retour

Les décors sculptés

Certains éléments de sculpture sont devenus de véritables puzzles au fil du temps.

Zoom

Retour

Des frises

Des frises de la façade Ouest sont particulièrement dégradées. Les marbres ont été fragilisés par l’écoulement des eaux et l’érosion causée par le vent chargé de sable et de graviers provenant du sol stabilisé du Jardin des Tuileries.

Zoom

Retour

Les ragréages

Sur les colonnes en marbre rose du Languedoc, des ragréages neufs remplaceront les ragréages d’anciennes restaurations très dégradés. Des fissures seront consolidées par des aiguilles de manière à consolider les différents éléments entre eux.

Zoom

Retour

Le sceptre de Charles X

L’extrémité du sceptre de Charles X, déposée dans les années 1930, et conservée dans les réserves du Louvre, n’a pas été replacée. La restauration de 2020 devra restituer ce sceptre de Charles X par une copie en bronze moulé.

Devenez mécène et
acteur de ce projet

Prenez part à la restauration de ce monument emblématique et entrez dans l’histoire du Louvre et de Paris.

Je fais un don