Retour

Camées du Louvre – La Couronne aux camées

Continuons la découverte des camées exceptionnels conservés au musée du Louvre avec La Couronne aux camées, dite « couronne Charlemagne », de Martin-Guillaume Biennais.

« Pour le sacre de Napoléon Ier à Notre-Dame en 1804, Vivant Denon, historien, directeur du Louvre et véritable ministre de la propagande avant la lettre, conçoit les « honneurs de Charlemagne ». Car ces regalia, détruites à la Révolution, doivent être réinventées pour inscrire symboliquement l’Empire dans une histoire nationale bien antérieure à la royauté des Capétiens chassés du trône un peu plus de vingt ans plus tôt. On maquilla cette reconstitution en simple restauration, comme en témoigne la facture rédigée par l’orfèvre Martin-Guillaume Biennais, chargé de la chose.

Biennais et Denon imaginèrent certainement ensemble cette couronne dont le dessin maigre se veut archaïque et qui n’est ornée que de camées antiques, un type de décor prisé des Carolingiens et de leurs successeurs. Denon fournit à l’orfèvre des pierres gravées prélevées dans les collections du musée dont il était le directeur, pierres principalement issues du dépeçage des reliquaires médiévaux des trésors de la basilique Saint-Denis et de la Sainte-Chapelle de Bourges. On imagine que d’autres considérations (le manque de temps et d’argent) ont conduit à cette solution rapide et économique.

Il s’agit surtout de camée romains auxquels se mêlent aussi quelques pierres médiévales, byzantines et occidentales. Ces dernières sont des imitations de camées antiques, faites autour de 1400, peut-être en France, et qui n’étaient pas identifiées comme telles. La difficulté de les reconnaitre encore aujourd’hui est assez grande pour que l’on ne soit pas toujours capables aujourd’hui de les distinguer de leurs modèles antiques. »*

 

La Couronne aux camées, dite « couronne Charlemagne »
Martin-Guillaume Biennais, Paris, 1804

Admirez cette œuvre en salle 504 du musée du Louvre (aile Richelieu, niveau 1) ou découvrez là plus en détail sur le site des collections du Louvre

*Texte de Philippe Malgouyres, conservateur en chef du département des Objets d’Art du musée du Louvre.